Ce site dédié à l'oeuvre de Charles JULIET est un espace de documentation subjective et de rencontre entre ses Lecteurs et l'Association "La Cause des Causeuses", Avec son accord, les principaux événements concernant son actualité éditoriale et ses rencontres publiques y sont évoqués.
Previous month:
décembre 2017
Next month:
février 2018

janvier 2018

Charles Juliet invité chez François BUSNEL à la Grande Librairie | Jeudi 19 Janvier 2018

 Emission en l'écoute en REPLAY

Cliquez iCi

La grande librairie | saison 10 
La grande librairie

diffusé le jeu. 18.01.18 à 20h50
avec : Marceline Loridan-Ivens, Catherine Camus, Charles Juliet, Pierre Lemaitre
95min 
 

Comment désirer quand on a été déportée à quinze ans ? François Busnel reçoit Marceline Loridan-Ivens, 89 ans, pour « L'amour d'après », un récit basé sur les lettres échangées par l'auteure avec les hommes de sa vie. À ses côtés sur le plateau, Catherine Camus, fille d'Albert Camus, dévoile la correspondance qui liait son père et Maria Casarès, l'amour de sa vie. Charles Juliet, prix Goncourt de la poésie, publie le neuvième volet de son journal, dédié aux années 2004 à 2008, baptisé « Gratitude ». Pierre Lemaitre évoque lui aussi son actualité avec la sortie de « Couleurs de l'incendie ». La suite d'« Au revoir là-haut » se déroule dans les années 1930.

 


La mort d'un Ami , Paul OTCHAKOVSKY-LAURENS,Editeur principal de Charles JULIET

 

26172130_824886727682243_5157646088098293810_o (1)

Didier Pobel , Charles Juliet,  Paul Otchakovsky-Laurens  

 

Paul et Charles, il s'agit une amitié qui n'a pas fait de bruit médiatique... Et on voit dans la presse du jour qu'elle n'est même pas mentionnée, au profit d'autres auteurs qui ont été plus visibles et sans doute plus rentables pour la maison d'édition. Ainsi sont les médias qui sans y prêter garde ne résument les destins qu'en retenant les riches heures d'une vie d'éditeur en occultant l'humus des belles rencontres et des fidélités sincères.  Avec la notoriété réciproque, les moments complices se sont espacés, entre Paul et Charles l'un à Paris, l'autre "en Province" comme il me l'a dit ce matin avec un petit sourire. Ils parlaient de tout...  Il s'estimaient depuis le début de la maison d'édition, au point que Charles a renoncé parfois à ses droits d'auteur pour que l'aventure éditoriale continue. Paul n'avait probablement pas projeté de mourir si tôt  en laissant tout le monde en rade avec des manuscrits , des livres à paraître, des promesses peut-être, des rendez-vous qui n'auront jamais lieu, des courriers auxquels les réponses sont devenues impossibles.  Mais la tristesse de Charles est là, digne,  discrète, calme , l'onde de choc de la nouvelle l'atteint sans altérer sa sagesse. Paul était son ami, il restera son ami. Il n'ose pas appeler Jean-Paul HIRCH, pressentant que c'est lui qui va assumer une grande partie des "choses à faire" autour de cette disparition inattendue... Comment entrer dans le bureau de Paul sans frissonner... Comment soutenir la famille et la nouvelle épouse encore en soins, dont les nouvelles ne filtrent pas... Qu'est devenu le conducteur qui a percuté leur voiture ? On ne parle que des gens célèbres... mais on en parle de façon hâtive et biaisée... Paul ne se prenait pas au sérieux, et il laisse pourtant deux films autobiographiques , qui semblent un peu tardifs... Ils vont prendre toute leur place même s'ils parlent désormais à sa place, avec une part d'ombre qu'il a reléguée au maximum, ce n'est pas l'histoire qui compte, c'est le contenu qui donne la forme, et celle-ci séduit ou non... Rien n'est gagné à l'avance, et perdre fait partie de la rencontre avec le texte, avant même la personne qui a écrit le texte... Après c'est du compagnonnage discret, de la bienveillance, de la distinction, de la galanterie affectueuse... Paul est vivant dans le coeur de Charles. Il n'écrira pas à chaud sur l'événement de son éloignement physique...